Comment viser le 80/20, ou la « juste » performance

Par Ghislaine Clot

Femmes-Leaders, Effet A, Entrepreneure de l’année, Femme de mérite, … Les initiatives, prix et distinctions récompensant les femmes d’exception dans le milieu des affaires se multiplient, ce qui est une bonne chose, traduisant l’ascension réelle des femmes et reconnaissant leur place incontournable dans notre société…Mais pour quelques élues, combien de candidates essoufflées, écartelées entre les exigences de la performance, conjuguée au masculin et au féminin ? 

Le défi de l’équilibre vie professionnelle et vie personnelle n’a jamais été aussi grand, puisque pour de nombreuses femmes (et hommes), les standards d’exigence croissants en matière de performance s’étendent à la vie familiale. J’accompagne un nombre croissant de femmes d’affaires, en grand désarroi et « surchauffe », en quête de l’inaccessible étoile d’une perfection absolue, au travail et dans toutes les sphères de leur vie. Comment être à la fois une excellente professionnelle ou gestionnaire, me demandent-elles, et une mère et compagne présente et attentionnée, tout en restant l’amie de choix, à l’écoute, sans oublier de rester en forme physique et psychique ?

Comment se fait-il que nous les femmes, nous devions encore tant forcer et livrer pour faire nos preuves, dans tous les domaines ? 

Pourquoi, trop souvent, même en occupant des postes à hautes responsabilités, nous continuons à être victimes des mêmes modèles éculés de répartition des tâches avec nos collègues masculins, nous retrouvant à faire le suivi des réunions, prendre les devants pour préparer et réaliser les travaux, nous assurer que tout arrive ? Bref, à en faire beaucoup trop, à statut et responsabilités égales ? Se pourrait-il que les bons vieux schémas de l’époque des cavernes « papa chasse le bison pendant que maman entretient le feu » prévalent encore ? Et que nous y tenions ?

Et si nous étions les principales auteures de ces situations paradoxales, où il nous paraît impossible à la fois de nous épanouir au travail et comme personne ? 

Un paradoxe, rappelons-le, est la rencontre de deux paradigmes qui ne savent pas encore comment vivre ensemble, deux façons de penser qui réclament droit de cité en même temps… Alors qu’auparavant un seul des deux mondes prenait tout l’espace. C’est aussi le signe qu’un cadre conceptuel est fatigué, usé et étroit… Qu’il ne suffit plus à contenir la richesse de la réalité. Nos paradoxes sont d’abord nos créations mentales, ils ne sont pas « la »réalité.

Viser le « 80/20 » pour atteindre la juste performance : se poser les bonnes questions

Puisque nous sommes en partie responsables de nos impasses, nous pouvons desserrer l’étau en visant le « 80/20 » dans nos actions, pour atteindre la « juste » performance, ou la « juste » perfection. Pour cela, il faut adoucir le registre du perfectionnisme, de l’action exhaustive et de la sur-responsabilité, pour investir le champ de l’action stratégique. Celle qui découle d’une réflexion systématique, en conscience, visant à « monter au balcon » de nos vies professionnelles et personnelles, ou de toute situation complexe, pour prendre du recul et se poser quelques bonnes questions :

  • À quoi je sers, à quoi je veux servir, et comment les autres se servent de moi, avec mon consentement ou à mon insu ?
  • Pour qui je me prends, pour qui les autres me prennent, pour qui je veux qu’on me prenne ?
  • Quelle est ma création de valeur ? A quoi puis-je voir (et les autres aussi) que je « fais ma job » avec une valeur ajoutée distinctive ?
  • Mes standards de performance sont-ils réalistes, connus, partagés (est-ce que j’en « veux plus que le client » et ce qui est requis dans la situation ?)

Il s‘agit de réfléchir et d’observer, puis de se positionner, c’est à dire mobiliser son GPS, en toute situation, afin de choisir la bonne action ….qui pourrait d’ailleurs consister à choisir de ne pas agir….plutôt que d’être, trop souvent, sous l’emprise d’un « principe masculin » (tel que décrit par Jung), mal assimilé, avec investissement exagéré dans le registre de l’action (J’agis donc je suis, donc j’ai de la valeur)..

Et si la voie résidait dans une réappropriation par les femmes, et les hommes, des qualités traditionnellement dévolues au Féminin-autour de la relation, l’intuition, la capacité à faire des liens-, et des qualités d’un Principe masculin bien intégré, reposant sur l’action sage et juste, posée avec discernement ?

Ghislaine Clot

MBA HEC Paris, Psychosociologue des organisations,
Chargée de cours MBA Conseil en management à l’ESG-UQAM
Présidente de Ghislaine Clot Conseil,

www.clotconseil.ca

  • La passion de l’humain et la créativité au service de la stratégie
    Spécialisée dans le développement des personnes, des équipes et des organisations ainsi que dans la planification stratégique.
    Intervient comme consultante, formatrice et coach depuis plus de 25 ans auprès de grandes entreprises en France et au Québec.
    Elle a créé et anime les programmes interentreprise « Mieux penser pour bien influencer et agir », « Rebondir dans le changement pour mieux se propulser », et « Leadership au Féminin..et au Masculin »
    Enfin, elle est mère d’une jeune fille multi-handicapée, respiratoire et autiste de haut niveau.
admin